VIVRE ET VOIR
VISITER                          << retour

En direction des Monts-d’Or…

Depuis Lyon, filez jusqu’à Poleymieux-au-Mont-d’Or pour profiter du panorama sur la plaine de la Saône, les Dombes et les Alpes. Depuis la table d’orientation, par beau temps, on peut même voir jusqu’au Mont Blanc ! Le village a conservé de nombreuses maisons anciennes en pierres dorées (ne manquez pas la Maison du Barbier) et la Tour Carrée, église du XIIe et XVIIe siècle. Pour la petite histoire, c’est sur ce site gallo-romain que l’aqueduc des Monts-d’Or prend naissance. Construit au temps d’Auguste, il alimentait Lugdunum jusqu’à 15 000 m3 d’eau par jour.

Les inventions d’un génie nommé Ampère.
C’est à Poleymieux, que le jeune André-Marie Ampère (1775-1836) fit de longs séjours. La maison de campagne a été restaurée et transformée en musée de l’électricité. Les expériences de l’inventeur (électrostatique, éclairage, moteurs électriques) peuvent être librement mises en action. Vos enfants vont adorer et vous aussi. Musée Ampère.
Ouvert tous les jours sauf le mardi de 9h à 12h et de 14h à 18h. Tél : 04 78 91 90 77.

A Chasselay, entre famille et traditions…
Ce vieux bourg fortifié dont l’origine pourrait bien se situer à l’époque romaine, abrite "Le musée de la Famille" consacré à la vie et aux traditions des fermes et des villages. Dans cette maison du XVIe siècle, on est fidèle à ce qui fait depuis longtemps la renommée des Coteaux : en effet, le musée a consacré le premier étage à la vigne. Musée de la Famille. Ouvert tous les 1er et 3ème dimanches du mois de 14h30à 17h30. Sur R.V. pour les groupes. Tél : 04 78 47 62 43.

L’insolite "Tata Sénégalais"
A deux kilomètres de Chasselay, sur la route des Chères au milieu des vergers, vous voici brusquement transporté en Afrique. Dans un cimetière, dit "Tata Sénégalais", reposent 200 tirailleurs Sénégalais tués en tentant de retarder les Allemands en 1940.

Un village musée en souvenir du curé D’Ars
En passant par Limonest, filez tout droit en direction de Dardilly à la rencontre de Jean-Marie Vianney. Ici, celui qui devint le curé d’Ars a vécu une enfance heureuse, tout le village est fier d’avoir été le berceau de ce saint homme. Au 2, rue du Curé d’Ars, dans la ferme où il a vécu, le temps s’est arrêté. La maison, devenue musée, est restée intacte avec son mobilier rustique qui évoque la vie simple d’une famille d’agriculteur à l’aube du XIXe siècle. A voir, les onze croix de chemin qui se trouvent à proximité de l’église Jean- Marie Vianney.

 

actualités